Chronique rôliste : mon ami Jacques, 4...
<< Page Précédente 
Oui, allô, qu'est-ce que je peux pour vous mon brave Ebat ?
Ben euuuh, à vrai dire, vous vous souvenez de la s'maine dernière. Vous m'avez donné l'adresse du créateur de Georges...
Hum... Oui, et ?
Ben, c'est une adresse qui correspond à une tombe au père Lachaise...

Vous m'avez manqué... Si si si..

_

Tellement que je vais vous confier la vérité

Oui, et ?
Beeeen, qu'est-ce que je peux faire d'un macchabée japonais ?
Hein ?!?
Vous l'avez déterré ?
Non, Jacques, je ne me serai pas permis. J'ai juste regardé s'il n'avait pas conservé sur lui une puce.

Ch'uis pas allé au Père Lachaise..

Ch'uis allé au Louvre

Et alors ?
Et alors, vu qu'il est mort en 1972, j'ai comme un doute concernant la puce...
Ah.
Vous êtes sûr que vous m'avez donné la bonne adresse du créateur de Georges ?

Hein ? Quel rapport ça a avec la page de ce jour

Heuuu... Aucun..

A priori, c'est celle qui était dans nos dossiers, mais vous savez comment sont ces informaticiens, peut-être qu'il a trafiqué ses données. Ca ne devrait pas être facile à retrouver, ça...
Ah ben c'est balot,
ça...
Quelle est cet air étrange qui plisse votre visage de la sorte, ma douce autruche ?
Celui du questionnement quasi-métaphysique, ma mie : jusqu'à quel point passer pour un idiot aux yeux d'un imbécile est un délice de fin gourmet ?

Mais bon..

Déjà que j'passe pour un couillon, j'vais pas en rajouter encore dans les commentaires... :
Dédié à un autre questionnement quasi-métaphysique : jusqu'à quel point peut-on se nourrir comme un fin gourmet sans risquer l'indigestion ?
Retour Novembre 2007 /
Page 1470 / © Ebatbuok 2007
<< Page Précédente